Chapelle Ste Eugénie



On a connu dans l’histoire de la commune de très nombreuses chapelles, qui au fil des temps, ici comme ailleurs, ont disparu, désaffectées, détruites, et le plus souvent réutilisées dans des constructions nouvelles. On retrouvera les restes réemployés, ici sur le linteau d’une porte, avec une inscription, un calice sculpté, ou là, avec le reste d’un vitrail, une cuve baptismale, ou encore un bénitier, abreuvoir ou bac à fleurs providentiel.
Il y avait avant la révolution, et selon les auteurs, environ quinze chapelles à Corseul dont Sainte Eugènie.

La chapelle Sainte Eugènie, a été reconstruite en 1735, c’est la dernière chapelle accessible qui demeure en état à ce jour dans la commune. Elle a conservé un fenestrage du XIV° siècle, quelques boiseries, dont le reste d’une chaire avec ses bois peints, de même que son autel et sa balustrade de ch�ur. Quelques statues naïves, dont la Sainte Engénie patronne du lieu.
La clef  » monumentale  » qui nous ouvre ces lieux, nous permettra de retrouver, réemployés dans cette chapelle, un certain nombre de fragments de colonnes romaines, dont l’une réutilisée de façon classique en bénitier.

En 1685, un chapelain y célébrait la messe tous les dimanches et ce jusqu’à la révolution, ou la cloche fut enlevée, elle sera remplacée en 1824.

En 1909, la messe y était célébrée tous les dimanches sauf les jours de grandes fêtes.
Une procession annuelle au mois de mai rassemble toujours une centaine de fidèles.

MAIS QUI ÉTAIT DONC SAINTE EUGÉNIE ?

Romaine, Eugénie était la fille du gouverneur d’Alexandrie, elle était , SELON LA LÉGENDE, très belle et fort instruite, et serait rentrée, par hasard, comme moine dans un couvent en se donnant le nom d’Eugène.
Eugène se montra si zélé qu’il devient père abbé. C’est alors qu’une livreuse se prit pour lui d’un amour qu’il repoussa, et pour se venger, la femme l’accusa de viol, naturellement l’abbé n’eut aucune difficulté à prouver son innocence absolue, mais sa véritable identité se trouva révélée, et son père tout heureux de retrouver sa fille se serait fait baptiser.
Il n’en reste pas moins qu’Eugénie aurait, en raison de sa foi, été martyrisée à Rome vers 258, sous l’Empereur Valérien, et aurait été égorgée un 25 Décembre.
Le culte de Sainte Eugénie se répandit en Gaule et en Armorique où il ne semble s’être conservé en dehors des Côtes d’Armor.
C’est ainsi qu’on l’invoque sous le nom de Sainte Tujane : en la chapelle de Corseul, en la chapelle Notre Dame du Haut à Trédaniel (canton de Moncontour), à la fontaine de Morieux, en la chapelle et à la fontaine de Plerneuf (canton de châtelaudren).

Les pèlerins l’invoquaient pour la guérison des maladies de tête, en particulier des migraines.
Les futures mères la sollicitaient aussi pour s’assurer un heureux accouchement, on pouvait aussi brûler un cierge à son intention, la prier, lui offrir des messes..
On l’invoque aussi surtout pour la guérison de dermatoses, plus particulièrement d’eczémas, maladie Saint Radegonde, ou le mal Saint Aragon qui est une maladie de la peau des enfants en bas âge (allergie au lactose dès l’allaitement maternel).